Sur quelques problèmes d'unicité et de prolongement relatifs aux fonctions approchables par des sommes d'exponentielles

Jean-Pierre Kahane

Annales de l'institut Fourier (1954)

  • Volume: 5, page 39-130
  • ISSN: 0373-0956

Abstract

top
Λ étant une suite de nombres complexes λ j ( 0 < | λ 1 | | λ 2 | ... ) , on désigne par I ( Λ ) (resp. K ( Λ ) ) l’ensemble des fonctions f ( x ) (resp. f ( z ) ) définies sur un segment I (resp. sur un compact K du plan complexe) et uniformément approchables sur I (resp. sur K ) par des combinaisons linéaires 1 N a j , N e i λ j x resp . 4 N a j , N e i λ j z . On désigne par ( Λ ) l’ensemble des fonctions continues) sur la droite dont les restrictions à tout segment I appartiennent à I ( Λ ) , par Ω ( P ) l’ensemble des fonctions (holomorphes) sur un ouvert Ω du plan complexe dont les restrictions à tout compact K Ω appartiennent à K ( Λ ) .Le chapitre I débute par un exposé rapide des principales propriétés de ( Λ ) , à partir des “transformées de Fourier-Carleman” des fonctions moyenne-périodiques de L. Schwartz. Il est ensuite consacré aux problèmes de l’unicité d’une fonction de ( Λ ) définie par ses valeurs sur un segment (1), ou par ses valeurs approchées au voisinage d’un point (2), ou par les valeurs de ses dérivées successives en un point (3), et du prolongement d’une fonction de I ( Λ ) en une fonction de ( Λ ) (4). Chacun de ces problèmes est justiciable de différentes méthodes, qui fournissent des résultats faisant intervenir diverses fonctions, ou quantités, attachées à Λ . Ainsi, dans la solution du problème (1) intervient la densité minimum de Λ , tandis que dans les solutions données au problème (4) interviennent la densité maximum et la “densité de répartition”. Les solutions aux problèmes (2) et (3) font intervenir la rareté, ou la lacunarité de Λ , soit dans le plan, soit sur la droite réelle, soit sur une demi-droite. À titre d’exemple, voici un résultat obtenu : pour que les relations f ( Λ ) , f ( n ) ( 0 ) = 0 , max | f ( n ) ( x ) | < n ( n = 0 , 1 , ... ) entraînent f 0 , il suffit que lim n M n | λ 1 ... λ n + 1 | = 0  ; si Λ est assez rare, cette condition est nécessaire.Au début du chapitre II sont examinés quelques problèmes généraux concernant Ω ( Λ )  ; par exemple, la recherche des conditions nécessaires et de conditions suffisantes pour que Ω ( Λ ) contienne toutes les fonctions holomorphes dans Ω . L’essentiel du chapitre traite du problème de prolongement suivant : Ω et Λ étant donnés, trouver un ouvert G Ω tel que toute fonction de Ω ( Λ ) soit prolongeable en une fonction de G ( Λ )  ; un principe de prolongement très simple permet, en résolvant ce problème, d’obtenir très rapidement des indications sur les singularités des séries de Dirichlet, des fonctions presque-périodiques, des fonctions moyenne-périodiques analytiques. Les résultats font en général intervenir soit la densité maximum, soit la densité moyenne supérieure de Λ . Exemple : si Λ est symétrique réelle, et a pour densité maximum D , si Ω est connexe et contient un segment [ a - i π D , a + i π D ] , toute fonction de Ω ( Λ ) est prolongeable dans une bande verticale B en une fonction presque périodique) de B ( Λ ) , chaque segment de longueur 2 π D porté par la frontière de B contenant au moins un point singulier.Les problèmes examinés au chapitre III sont, a priori, très différents des précédents. D’une part sont étudiées les questions de la théorie des fonctions d’une variable complexe auxquelles mènent les méthodes employées au chapitre I : extension d’un théorème de Mandelbrojt. Mac Lane sur les fonctions holomorphes dans une bande ; relation entre la croissance du module et la répartition des zéros et des pôles d’une fonction holomorphe dans un demi-plan. D’autre part, les techniques introduites sont appliquées à quelques problèmes d’approximation et d’unicité dans le champ réel (problèmes généralisés des moments, de l’approximation polynomiale, de la quasi-analyticité) ; les résultats, difficiles à exprimer sont proches de ceux obtenus par M. Mandelbrojt à l’aide de son inégalité fondamentale. Ce chapitre se termine avec la définition de nouvelles classes quasi-analytiques, en réponse à un problème qui généralise le problème (3) du chapitre I.

How to cite

top

Kahane, Jean-Pierre. "Sur quelques problèmes d'unicité et de prolongement relatifs aux fonctions approchables par des sommes d'exponentielles." Annales de l'institut Fourier 5 (1954): 39-130. <http://eudml.org/doc/73720>.

@article{Kahane1954,
abstract = {$\Lambda $ étant une suite de nombres complexes $\lambda _j$$(0&lt; \vert \lambda _1\vert \le \vert \lambda _2\vert \ldots )$, on désigne par $\{\cal E\}_I(\Lambda )$ (resp. $\{\cal E\}_K(\Lambda ))$ l’ensemble des fonctions $f(x)$ (resp. $f(z)$) définies sur un segment $I$ (resp. sur un compact $K$ du plan complexe) et uniformément approchables sur $I$ (resp. sur $K$) par des combinaisons linéaires $\sum ^N_1a_\{j,N\}e^\{i\lambda _jx\}\Big (\{\rm resp.\}\, \sum ^N_4a_\{j,N\}e^\{i\lambda _jz\}\Big )$. On désigne par $\{\cal E\}(\Lambda )$ l’ensemble des fonctions continues) sur la droite dont les restrictions à tout segment $I$ appartiennent à $\{\cal E\}_I(\Lambda )$, par $\{\cal E\}_\Omega (P)$ l’ensemble des fonctions (holomorphes) sur un ouvert $\Omega $ du plan complexe dont les restrictions à tout compact $K\subset \Omega $ appartiennent à $\{\cal E\}_K(\Lambda )$.Le chapitre I débute par un exposé rapide des principales propriétés de $\{\cal E\}(\Lambda )$, à partir des “transformées de Fourier-Carleman” des fonctions moyenne-périodiques de L. Schwartz. Il est ensuite consacré aux problèmes de l’unicité d’une fonction de $\{\cal E\}(\Lambda )$ définie par ses valeurs sur un segment (1), ou par ses valeurs approchées au voisinage d’un point (2), ou par les valeurs de ses dérivées successives en un point (3), et du prolongement d’une fonction de $\{\cal E\}_I(\Lambda )$ en une fonction de $\{\cal E\}(\Lambda )$ (4). Chacun de ces problèmes est justiciable de différentes méthodes, qui fournissent des résultats faisant intervenir diverses fonctions, ou quantités, attachées à $\Lambda $. Ainsi, dans la solution du problème (1) intervient la densité minimum de $\Lambda $, tandis que dans les solutions données au problème (4) interviennent la densité maximum et la “densité de répartition”. Les solutions aux problèmes (2) et (3) font intervenir la rareté, ou la lacunarité de $\Lambda $, soit dans le plan, soit sur la droite réelle, soit sur une demi-droite. À titre d’exemple, voici un résultat obtenu : pour que les relations $f\in \{\cal E\}(\Lambda )$, $f^\{(n)\}(0)=0$, $\{\rm max\}\,\vert f^\{(n)\}(x)\vert &lt; \{\cal M\}_n$$(n=0,1,\ldots )$ entraînent $f\equiv 0$, il suffit que $\lim _\{n\rightarrow \infty \}\{\{\bf M\}_n\over \vert \lambda _1\ldots \lambda _\{n+1\}\vert \}=0$ ; si $\Lambda $ est assez rare, cette condition est nécessaire.Au début du chapitre II sont examinés quelques problèmes généraux concernant $\{\cal E\}_\Omega (\Lambda )$ ; par exemple, la recherche des conditions nécessaires et de conditions suffisantes pour que $\{\cal E\}_\Omega (\Lambda )$ contienne toutes les fonctions holomorphes dans $\Omega $. L’essentiel du chapitre traite du problème de prolongement suivant : $\Omega $ et $\Lambda $ étant donnés, trouver un ouvert $G\supset \Omega $ tel que toute fonction de $\{\cal E\}_\Omega (\Lambda )$ soit prolongeable en une fonction de $\{\cal E\}_G(\Lambda )$ ; un principe de prolongement très simple permet, en résolvant ce problème, d’obtenir très rapidement des indications sur les singularités des séries de Dirichlet, des fonctions presque-périodiques, des fonctions moyenne-périodiques analytiques. Les résultats font en général intervenir soit la densité maximum, soit la densité moyenne supérieure de $\Lambda $. Exemple : si $\Lambda $ est symétrique réelle, et a pour densité maximum $D$, si $\Omega $ est connexe et contient un segment $[a-i\pi D,\; a+i\pi D]$, toute fonction de $\{\cal E\}_\Omega (\Lambda )$ est prolongeable dans une bande verticale $B$ en une fonction presque périodique) de $\{\cal E\}_B(\Lambda )$, chaque segment de longueur $2\pi D$ porté par la frontière de $B$ contenant au moins un point singulier.Les problèmes examinés au chapitre III sont, a priori, très différents des précédents. D’une part sont étudiées les questions de la théorie des fonctions d’une variable complexe auxquelles mènent les méthodes employées au chapitre I : extension d’un théorème de Mandelbrojt. Mac Lane sur les fonctions holomorphes dans une bande ; relation entre la croissance du module et la répartition des zéros et des pôles d’une fonction holomorphe dans un demi-plan. D’autre part, les techniques introduites sont appliquées à quelques problèmes d’approximation et d’unicité dans le champ réel (problèmes généralisés des moments, de l’approximation polynomiale, de la quasi-analyticité) ; les résultats, difficiles à exprimer sont proches de ceux obtenus par M. Mandelbrojt à l’aide de son inégalité fondamentale. Ce chapitre se termine avec la définition de nouvelles classes quasi-analytiques, en réponse à un problème qui généralise le problème (3) du chapitre I.},
author = {Kahane, Jean-Pierre},
journal = {Annales de l'institut Fourier},
keywords = {functional analysis},
language = {fre},
pages = {39-130},
publisher = {Association des Annales de l'Institut Fourier},
title = {Sur quelques problèmes d'unicité et de prolongement relatifs aux fonctions approchables par des sommes d'exponentielles},
url = {http://eudml.org/doc/73720},
volume = {5},
year = {1954},
}

TY - JOUR
AU - Kahane, Jean-Pierre
TI - Sur quelques problèmes d'unicité et de prolongement relatifs aux fonctions approchables par des sommes d'exponentielles
JO - Annales de l'institut Fourier
PY - 1954
PB - Association des Annales de l'Institut Fourier
VL - 5
SP - 39
EP - 130
AB - $\Lambda $ étant une suite de nombres complexes $\lambda _j$$(0&lt; \vert \lambda _1\vert \le \vert \lambda _2\vert \ldots )$, on désigne par ${\cal E}_I(\Lambda )$ (resp. ${\cal E}_K(\Lambda ))$ l’ensemble des fonctions $f(x)$ (resp. $f(z)$) définies sur un segment $I$ (resp. sur un compact $K$ du plan complexe) et uniformément approchables sur $I$ (resp. sur $K$) par des combinaisons linéaires $\sum ^N_1a_{j,N}e^{i\lambda _jx}\Big ({\rm resp.}\, \sum ^N_4a_{j,N}e^{i\lambda _jz}\Big )$. On désigne par ${\cal E}(\Lambda )$ l’ensemble des fonctions continues) sur la droite dont les restrictions à tout segment $I$ appartiennent à ${\cal E}_I(\Lambda )$, par ${\cal E}_\Omega (P)$ l’ensemble des fonctions (holomorphes) sur un ouvert $\Omega $ du plan complexe dont les restrictions à tout compact $K\subset \Omega $ appartiennent à ${\cal E}_K(\Lambda )$.Le chapitre I débute par un exposé rapide des principales propriétés de ${\cal E}(\Lambda )$, à partir des “transformées de Fourier-Carleman” des fonctions moyenne-périodiques de L. Schwartz. Il est ensuite consacré aux problèmes de l’unicité d’une fonction de ${\cal E}(\Lambda )$ définie par ses valeurs sur un segment (1), ou par ses valeurs approchées au voisinage d’un point (2), ou par les valeurs de ses dérivées successives en un point (3), et du prolongement d’une fonction de ${\cal E}_I(\Lambda )$ en une fonction de ${\cal E}(\Lambda )$ (4). Chacun de ces problèmes est justiciable de différentes méthodes, qui fournissent des résultats faisant intervenir diverses fonctions, ou quantités, attachées à $\Lambda $. Ainsi, dans la solution du problème (1) intervient la densité minimum de $\Lambda $, tandis que dans les solutions données au problème (4) interviennent la densité maximum et la “densité de répartition”. Les solutions aux problèmes (2) et (3) font intervenir la rareté, ou la lacunarité de $\Lambda $, soit dans le plan, soit sur la droite réelle, soit sur une demi-droite. À titre d’exemple, voici un résultat obtenu : pour que les relations $f\in {\cal E}(\Lambda )$, $f^{(n)}(0)=0$, ${\rm max}\,\vert f^{(n)}(x)\vert &lt; {\cal M}_n$$(n=0,1,\ldots )$ entraînent $f\equiv 0$, il suffit que $\lim _{n\rightarrow \infty }{{\bf M}_n\over \vert \lambda _1\ldots \lambda _{n+1}\vert }=0$ ; si $\Lambda $ est assez rare, cette condition est nécessaire.Au début du chapitre II sont examinés quelques problèmes généraux concernant ${\cal E}_\Omega (\Lambda )$ ; par exemple, la recherche des conditions nécessaires et de conditions suffisantes pour que ${\cal E}_\Omega (\Lambda )$ contienne toutes les fonctions holomorphes dans $\Omega $. L’essentiel du chapitre traite du problème de prolongement suivant : $\Omega $ et $\Lambda $ étant donnés, trouver un ouvert $G\supset \Omega $ tel que toute fonction de ${\cal E}_\Omega (\Lambda )$ soit prolongeable en une fonction de ${\cal E}_G(\Lambda )$ ; un principe de prolongement très simple permet, en résolvant ce problème, d’obtenir très rapidement des indications sur les singularités des séries de Dirichlet, des fonctions presque-périodiques, des fonctions moyenne-périodiques analytiques. Les résultats font en général intervenir soit la densité maximum, soit la densité moyenne supérieure de $\Lambda $. Exemple : si $\Lambda $ est symétrique réelle, et a pour densité maximum $D$, si $\Omega $ est connexe et contient un segment $[a-i\pi D,\; a+i\pi D]$, toute fonction de ${\cal E}_\Omega (\Lambda )$ est prolongeable dans une bande verticale $B$ en une fonction presque périodique) de ${\cal E}_B(\Lambda )$, chaque segment de longueur $2\pi D$ porté par la frontière de $B$ contenant au moins un point singulier.Les problèmes examinés au chapitre III sont, a priori, très différents des précédents. D’une part sont étudiées les questions de la théorie des fonctions d’une variable complexe auxquelles mènent les méthodes employées au chapitre I : extension d’un théorème de Mandelbrojt. Mac Lane sur les fonctions holomorphes dans une bande ; relation entre la croissance du module et la répartition des zéros et des pôles d’une fonction holomorphe dans un demi-plan. D’autre part, les techniques introduites sont appliquées à quelques problèmes d’approximation et d’unicité dans le champ réel (problèmes généralisés des moments, de l’approximation polynomiale, de la quasi-analyticité) ; les résultats, difficiles à exprimer sont proches de ceux obtenus par M. Mandelbrojt à l’aide de son inégalité fondamentale. Ce chapitre se termine avec la définition de nouvelles classes quasi-analytiques, en réponse à un problème qui généralise le problème (3) du chapitre I.
LA - fre
KW - functional analysis
UR - http://eudml.org/doc/73720
ER -

References

top
  1. [1] S. AGMON: Sur deux théorèmes de M. S. Mandelbrojt, C. R. Ac. Sc., 228 (1949), pp. 1835-1837. Zbl0034.36901MR11,17a
  2. [2] V. BERNSTEIN: Leçons sur les progrès récents de la théorie des séries de Dirichlet, Gauthier-Villars, Paris, 1933. Zbl0008.11503JFM59.1027.02
  3. [3] A. BEURLING: Sur une classe de fonctions presque-périodiques, C. R. Ac. Sc., 225 (1947), pp. 326-328. 
  4. [4] R. P. BOAS: On a generalization of the Stieltjes moment problem, Trans. Amer. Math. Soc., 46 (1939), pp. 142-150. Zbl0021.30703MR1,13cJFM65.0519.02
  5. [5] T. CARLEMAN: L'intégrale de Fourier et questions qui s'y rattachent, Uppsala, 1944. Zbl0060.25504
  6. [6] H. CARTAN: Sur les systèmes de fonctions holomorphes..., Annales E. N. S., 45 (1928), pp. 255-346. Zbl54.0357.06JFM54.0357.06
  7. [7] R. E. EDWARDS: On derivative and translational bases for periodic functions, Proc. Amer. Math. Soc., 2 (1951), pp. 644-653. Zbl0043.11401MR13,230c
  8. [7 bis] W. H. J. FUCHS: A generalization of Carlson's theorem, J. London Math. Soc., 21 (1946), pp. 106-110. Zbl0060.22107MR8,371e
  9. [8] W. H. J. FUCHS: On a generalization of the Stieltjes moment problem, Bull. Amer. Math. Soc., 52 (1946), pp. 1057-1059. Zbl0063.01478MR10,21a
  10. [9] I. I. HIRSCHMAN et J. A. JENKINS: Note on a result of Levine and Lifschitz, Proc. Amer. Math. Soc., 1 (1950), pp. 390-393. Zbl0038.04502MR12,94g
  11. [10] J. P. KAHANE: Extension du théorème de Carlson et applications, C. R. Ac. Sc., 234 (1952), pp. 2038-2040. Zbl0047.07602MR13,927f
  12. [11] J. P. KAHANE: Quasi-analyticité des fonctions moyenne-périodiques, C. R. Ac. Sc., 236 (1953), pp. 569-571. Zbl0050.06403MR14,976f
  13. [12] J. P. KAHANË et P. LALAGUË: Quasi-analyticité des fonctions sommes de séries de Fourier lacunaires, C. R. Ac. Sc., 230 (1950), pp. 2250-2252. Zbl0038.04601MR12,22d
  14. [13] P. LALAGUË: Classes de fonctions indéfiniment dérivables, sommes de séries de Fourier lacunaires, C. R. Ac. Sc., 236 (1953), pp. 887-889. Zbl0050.06402MR14,868b
  15. [14] P. LALAGUË: Classes de fonctions indéfiniment dérivables presque-périodiques de spectre donné, C. R. Ac. Sc., 236 (1953), pp. 2473-2474. Zbl0050.31001MR15,107g
  16. [15] A. F. LÉONTIEV: Séries de polynômes de Dirichlet et leurs généralisations (en russe), Troudi de l'Inst. Steklov, 39, Moscou, 1951. Zbl0045.35102
  17. [16] B. LÉVINE: Fonctions de degré fini, bornées sur une suite de points, (en russe), Dokladi A. N.-S.S.S.R., 65 (1949), p. 265. 
  18. [17] B. LÉVINE: Sur les fonctions définies par leurs valeurs sur un certain intervalle (en russe), Dokladi A. N.-S.S.S.R., 70 (1949), pp. 757-60. 
  19. [18] B. LÉVINE: Sur la quasi-analyticité des classes de fonctions presque-périodiques (en russe), Dokladi A. N.-S.S.S.R., 70 (1950), pp. 949-952. 
  20. [19] B. LÉVINE et M. LIFSCHITZ: Quasi-analyticité des classes de fonctions représentables par des séries de Fourier (en russe) Mat. Sbornik, 9, 3 (1941), pp. 694-709. Zbl0060.15108
  21. [20] N. LEVINSON: Gap and density theorems, Colloquium, New-York, 1940. JFM66.0332.01
  22. [21] E. LINDELÖF: Sur les fonctions entières d'ordre entier, Annales E. N. S., 22 (1905), pp. 369-395. Zbl36.0479.01JFM36.0479.01
  23. [22] S. MANDELBROJT: Séries de Fourier et classes quasi-analytiques de fonctions, Gauthier-Villars, Paris, 1935. Zbl0013.11006JFM61.1117.05
  24. [23] S. MANDELBROJT: Dirichlet Series, The Rice Institute Pamphlet, 1944. Zbl0063.03767MR6,267e
  25. [24] S. MANDELBROJT: Théorèmes d'unicité, Annales E. N. S., 65 (1948), pp. 101-138. Zbl0034.36801MR10,436a
  26. [25] S. MANDELBROJT: Séries adhérentes. Régularisation des suites. Applications. Gauthier-Villars, Paris, 1952. Zbl0048.05203MR14,542f
  27. [26] S. MANDELBROJT: Un théorème de fermeture, C. R. Ac. Sc., 231 (1950), pp. 16-18. Zbl0037.32501MR12,32c
  28. [27] S. MANDELBROJT: Théorèmes généraux de fermeture, Journal d'analyse mathématique, Jérusalem, 1 (1951), pp. 180-208. Zbl0054.02801MR13,540e
  29. [28] S. MANDELBROJT: Quelques nouveaux théorèmes de fermeture, Ann. Soc. Polon. Math., 25 (1952), pp. 241-251. Zbl0048.30302MR14,1068d
  30. [29] S. MANDELBROJT et MAC-LANE: On functions holomorphic in a strip region, and an extension of Watson's problem, Trans. Amer. Math. Soc., 61 (1947), p. 454. Zbl0032.06702MR8,508k
  31. [29 bis] S. MANDELBROJT et F. E. ULRICH: On a generalization of the problem of quasi-analyticity, Trans. Amer. Math. Soc., 52 (1942) pp. 265-282. Zbl0060.15105MR4,72f
  32. [29 ter] P. MONTEL: Leçons sur les séries de polynômes, Gauthier-Villars, Paris, 1910. JFM41.0277.01
  33. [30] R. E. A. C. PALEY et N. WIENER: Fourier transforms in the complex domain, Colloquium, New-York, 1934. Zbl0011.01601JFM60.0345.02
  34. [31] G. POLYA: Eine Verallgemeinerung der Fabryschen Lückensatzes. Göttinger Nachr., 1927, pp. 187-195. Zbl53.0286.05JFM53.0286.05
  35. [31 bis] G. POLYA: Untersuchungen über Lücken und Singularitäten von Potenzreihen, Math. Zeitschrift, 29 (1929), pp. 549-624. Zbl55.0186.02JFM55.0186.02
  36. [32] J. F. RITT: On a general class of linear homogeneous differential equations of infinite order with constant coefficients, Trans. Amer. Math. Soc., 18 (1917), pp. 27-49. JFM46.0644.03
  37. [33] L. SCHWARTZ: Approximation d'une fonction quelconque par des sommes d'exponentionnelles imaginaires, Ann. Toulouse 6 (1942) pp. 111-174. Zbl0061.13602MR7,437d
  38. [34] L. SCHWARTZ: Théorie générale des fonctions moyenne-périodiques, Annals of Math. 48 (1947), pp. 857-929. Zbl0030.15004MR9,428c
  39. [35] G. VALIRON: Sur les solutions des équations différentielles linéaires à coefficients constants d'ordre infini, Annales E. N. S., 46 (1929). pp. 26-53. Zbl55.0857.04JFM55.0857.04

Citations in EuDML Documents

top
  1. Aimée Baillette, Fonctions approchables par des sommes d'exponentielles
  2. Aimée Baillette, Étude de quelques problèmes relatifs aux fonctions approchables par des sommes d'exponentielles et à la transformée de Fourier-Carleman d'une fonction presque périodique
  3. Paul Malliavin, Fonctions de type exponentiel minimum ayant des zéros donnés
  4. Bernard Malgrange, Fonctions moyenne-périodiques
  5. Jean-Pierre Kahane, Sur la totalité des suites d'exponentielles imaginaires
  6. Maurice Blambert, R. Parvatham, Ultraconvergence et singularités pour une classe de séries d'exponentielles
  7. Szolem Mandelbrojt, Fonctions analytiques et analyse harmonique
  8. Pierre Lalaguë, Sur certaines classes de fonctions indéfiniment dérivables
  9. Paul Koosis, Sur l'approximation pondérée par des polynomes et par des sommes d'exponentielles imaginaires
  10. J.-P. Kahane, Szolem Mandelbrojt, Sur l'équation fonctionnelle de Riemann et la formule sommatoire de Poisson

NotesEmbed ?

top

You must be logged in to post comments.

To embed these notes on your page include the following JavaScript code on your page where you want the notes to appear.

Only the controls for the widget will be shown in your chosen language. Notes will be shown in their authored language.

Tells the widget how many notes to show per page. You can cycle through additional notes using the next and previous controls.

    
                

Note: Best practice suggests putting the JavaScript code just before the closing </body> tag.